• C'est pas qu'on s'sente différents
    Ou bien qu'on juge la vie
    Mais qu'est-ce qu'on s'sent loin des gens
    Quand on survole la ville sur son tapis
    Et rire des gueules de déterrés
    Au fond du métro parisien
    Mais nous c'est pas pareil
    On est crevé quand on s'lève le matin

    Au prolo qui s'énerve
    Accroché à sa voiture à crédit
    A chaque feu rouge qui traîne
    Dans les embouteillages de sa vie
    A la fine rayure
    Sur la carrosserie de sa connerie
    Si chère si sacrée et si dure
    Que sa femme à côté se plie

    Sa femme qui fait marcher
    A elle seule tout le télé-achat
    Les feux d'l'amour
    Ou les navets de Foucault
    D'Voici à Gala
    À croire qu'ça les arrange
    De laisser s'agglutiner les cons
    Ça f'ra d'l'abruti pour demain
    D'la chasse d'la pêche des traditions

    C'est pas qu'on s'sente différent
    Quoique des fois un peu si
    On comprend pas bien les gens
    Alors on s'exclut de la partie
    Un sentiment bizarre
    Que le monde est peuplé de crétins
    Mais nous c'est pas pareil
    On dit pas qu'on regarde TF1

    Mais nous c'est pas pareil...

    Alors où est cachée
    La fine crème du genre humain
    Qui vote son Le Pen au mois de mai
    Qui rêve de Heider pour demain
    Qui voudrait faire la peau
    A tous les grilleurs de priorité
    Ou qui paye 100 euros pour voir la Dion
    Ou Hallyday bourré

    A l'idée qu'on se fait
    Du monde et de ses aléas
    On est toujours le con de quelqu'un
    Mais mon voisin le sait pas
    Alors quand il hurle au silence
    Je monte le son rien que pour lui
    Vive les beaufs et vive la France
    J'assume ma connerie même la nuit

    C'est pas qu'on s'sente différents
    Ou bien qu'on juge la vie
    Mais qu'est-ce qu'on s'sent loin des gens
    Dès qu'ils donnent tous ensemble leur avis
    Mais nous c'est pas pareil
    Son avis on le garde pour soi
    Paraît qu'on est tous un peu con
    Dès qu'on est un peu plus de trois

    votre commentaire
  • Moi qui croyais la bataille des Francs dépassée
    Moi qui pensais que l'âge, nous éloignerait du Moyen Age
    Où sa majesté pour quelques Louis d'or
    Rêvait en douce, d'un nouveau château fort
    Tranquille comme un chevalier pendant les croisades
    Qui demanderait une paille au cafetier, pour sa limonade
    Yeeeah !

    Dieu quel idéal, l'air politico animal
    Au nom de son instinct et en lutte pour sa survie
    Attaquer le voisin avant que l'autre ne le fasse aussi
    Comme un shérif en plein dans un cartoon
    Qui se taperait une mousse tranquille au fond du saloon
    Yeeeah !

    Moi qui imaginais Dieu en dehors de tout ça
    Mais quelle furie s'est envoyé, militaire brandissant sa croix
    Toute une armée bénie par le seigneur
    Ca vous libère un peuple opprimé en moins d'un quart d'heure
    Comme un scud, sponsorisé par une église
    Qui enverrait ses prières, pendant que le général vise Yeeeah !

    Moi qui attendais des grandes prouesses technologiques
    Des frappes chirurgicales, des infirmières en balistique
    Ce qu'il doit falloir être tête en l'air
    Pour buter ses propres hélicoptères
    Comme un bidasse qui se prendrait pour Stallone
    Et qui se prendrait en public la tête un peu dans tous les pylônes
    Yeeeah !

    Moi qui attendais avec impatience leur nouveaux scénario
    Le pop-corn de l'année, un mélange Robocop et Rambo
    Avec bien sur un p'tit brin d'exotisme
    Une happy end en plein patriotisme
    Mais il parait que Hollywood s'est fait doublé
    Leur président leur a déjà piqué l'idée
    Comme une blague qui ferait le tour du monde
    On la raconte à ses enfants et on l'emporte dans sa tombe
    Yeeeah !

    votre commentaire
  • Face aux favellas des gens se prélassent
    Je crois bien voir des gamins cirer leur godasses
    Ce sont des américains
    C'est chez eux que je me casse
    Ce sont des américains
    C'est chez eux que je me casse
    Le lasse mes godasses
    J'vais tenter ma chance chez
    ceux d'en face
    Car de Rio à Caracas
    J'ai pas ma place, j'ai pas ma place

    {Refrain:}
    Peuple d'occident
    Réveille toi réveille toi
    Car le matin en déjeunant
    C'est notre misère que tu bois

    Peuple d'occident
    Réveille toi réveille toi
    Car si je me tiens maintenant
    C'est pour te prendre ce que je n'ai pas
    Peuple d'occident
    Réveille toi réveille toi
    C'est pas tes lois sur l'immigration
    Qui m'empêcheront de venir chez toi
    Peuple d'occident
    Réveille toi réveille toi
    C'est pas Le Pen ou Pasqua
    Qui supprimeront la dette de nos états

    Je suis né dans la misère
    On m'a beaucoup parlé de vous
    Le Français n'est pas une langue étrangère
    Par chez nous
    Mon père a quitté l'enfer
    Il vit porte de Saint-Cloud
    Il y fait des affaires
    Il nous envoie des sous
    Je mets mon futal
    J'quitte mon Afrique natale
    Ici j'ai pas l'moral, j'ai pas l'moral

    {au Refrain}

    Derrière ce vieux cimetière
    Je vois mes frères
    Ils surveillent le quartier
    A l'aide de revolvers
    Dedans c'est ma mère qu'on enterre
    Les casques bleus n'ont rien pu faire
    N'ont rien pu faire !
    Je mets mon sac à dos
    Y'en a marre de Sarajevo
    Il parait que chez vous
    Il y a encore des oiseaux

    1 commentaire
  • Réveil matin 15 heures, j'me réveille comme une fleur, marguerite,
    dans le Macadam a besoin d'un doliprane
    Réveil matin 15 heures, j'me réveille comme une fleur, ça va les gars bien dormi ?
    pas de réponse tant pis

    Putain les gars abusé qui c'est qui a fini le café ? oh ça va, ça va tu vas Pas nous gonfler
    Qu'est ce qui a guiz' t'as quelque chose à me dire? ben hier t'étais pas Bourré, ouais, t'étais pire ! oh!
    Prise de conscience 16 heures j'fais mine d'aller me coucher je mets les mains Dans les poches
    Défile le cours de ma soirée les tickets de carte bleue quelques tickets de Caisse me font remonter le temps oh putain merde, ma caisse !
    Ta Ferrari n'est pas là ? tu n'la pas prise avec toi ? t'as du la laisser au Milieu du parking du macumba
    J'ai la mémoire qui flanche et les yeux rouges et en plus, surprise ! dans ton Lit ça bouge
    Sur ce coup la man t'as été un homme t'as ramené le croisé de Jackie Sardou et D'un pokémon
    T'as du style, t'as du style, t'as du style héé mon frère, quand tu vois double Tu ramènes de la bombe nucléaire.

    Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers
    La t'eate dans l'cul, l'cul dans l'brouillard
    Les gars désolé pour hier
    Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers
    Promis demain j'arrête de boire, hier c'était la dernière

    Bon ben salut, on s'appelle0
    Fille remerciée 17heures je provoque une assemblée
    J'ai des relents de gin de vodka de sky et de saké
    T'as l'œil qui part en vrille, y a des coins dans vos sourires
    On me cache quelque chose qu'ai-je pu bien faire de pire
    Fallait mani-mani-manier mieux la nuit man
    Arrête l'alcool tu deviens grave
    Fallait mani-mani-manier mieux la nuit man
    Arrête l'alcool tu deviens grave

    Mais je sais pas, rappelez moi, j'me souviens pas les gars
    Ben, t'étais grave hein ? t'as pété ton câble, souviens toi
    Hé ho, hé ho ! t'es monté sur l'chapiteau accroché au cordage
    T'as failli t'aplatir comme un blaireau
    Hé ho, hé ho ! tu voulais pas redescendre
    Quitte à vivre en hauteur c'est mieux que de se pendre

    Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers
    La t'eate dans l'cul, l'cul dans l'brouillard
    Les gars désolé pour hier
    Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers
    Promis demain j'arrête de boire, hier c'était la dernière
    Fallait mani-mani-manier mieux la nuit man
    Arrête l'alcool tu deviens grave
    Fallait mani-mani-manier mieux la nuit man
    Arrête l'alcool tu deviens grave

    Me voila donc fin prêt pour de nouvelles résolutions
    Un esprit de sainteté dans un super corps de champion
    Me voila donc prêt j'me colle devant la télé soupe aux légumes bol de thé
    Et qu'on me foute la paix
    Si faut qu'on puisse à ce point être mal le lendemain
    Dans son canap', dans son canap' on est bien
    A quoi bon sortir se foutre la guerre
    Plus jamais j'vous jure, plus jamais comme hier
    "hé mali !"0
    Hé ho, hé ho! qu'est c'que tu fais avec ton verre d'eau ?
    C'est l'anniv' à titi aller on va se taper l'apéro
    Hé ho, hé ho ! aller mali-mali bouge tes fesses
    T'as promis à titi il faut tenir ses promesses

    Et désolé pour ce soir si je finis à l'envers
    Mali, on s'retrouve au comptoir, titi fête son anniversaire
    Et désolé pour ce soir si je finis à l'envers
    Après celle la j'arrête de boire, laissez moi juste la dernière
    Fallait mani-mani-manier mieux la nuit man
    Arrête l'alcool tu deviens grave
    Fallait mani-mani-manier mieux la nuit man
    Arrête l'alcool tu deviens grave

    1 commentaire
  • Imagine un enfant en bas-âge
    Qui se balladerai dans les nuages
    Qu'est qui verrai de son ptit âge?
    Quelle s'rai la forme de son voyage?
    Yaurai sûrement de belles images
    2-3 souvenirs qui s'en dégagent
    Et si l'temps tournai à l'orage
    Yaurai sa mère dans un visage
    Yaurai pas d'haine, et pas d'carnage
    Yaurai qu'l'inconscience de son âge
    Quelques bombecs, quelques mirages
    Et l'bonheur pour être en phase

    Imagine Ayang Xémine
    Lever les yeux d'sa triste mine
    Qu'est qu'il verrai dans l'ciel de Chine
    Pas plus penché qu'une Timyline
    Verrai des milliards d'unité
    Une place Tien Anmen bien cliné
    Des chars, des pars de marché
    Et p't'être Maho pour le guider

    Qu'il dégage, qu'il dégage avant l'orage
    Qu'il dégage oh oh oh, qu'il dégage

    Imagine un taliban
    Lever les yeux sous son turban
    Sûr qu'dans l'ciel bleu d'Afghanistan
    Yaurai plus d'femmes et plus d'enfants
    Yaurai comme un espèce de voile,
    Un tchador noir qui cache l'âme
    Quelques armées, des tonnes de larmes
    Planquées dans des nuages de drames

    Imagine le pire des présidents
    Buch l'américain pédant
    Pris dans encore un de ses moments
    A divaguer au-dessus du vent
    Il verrai dans ces gros trucs blancs
    Tonnes de pétrole et tonnes d'argent
    Mais sûrement pas l'visage des gens
    Gazés au nom du bon texan

    Il s'verrai lui le géant
    Gérant le plus con des continents
    Et comme le bouffon qu'il est sûrement
    Il savourerai l'instant présent

    Qu'il dégage, qu'il dégage avant l'orage
    Qu'il dégage oh oh oh, qu'il dégage

    Moi quand j'regarde dans les nuages
    J'voit mon gamin dans un visage
    Et suite à la douceur de cette image
    Ya comme une haine qui s'dégage
    Voit la beauté de ce présage
    Qui pourrai tourner a l'orage
    Parce que l'regard de tous ces naz
    N'ira jamais dans l'sens des sages

    Qu'il dégage, qu'il dégage avant l'orage
    Qu'il dégage oh oh oh, qu'il dégage

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique