• Beauty queen of only eighteen
    She had some trouble with herself
    He was always there to help her
    She always belonged to someone else

    I drove for miles and miles
    And wound up at your door
    I've had you so many times but somehow
    I want more

    {Refrain:}
    I don't mind spending everyday
    Out on your corner in the pouring rain
    Look for the girl with the broken smile
    Ask her if she wants to stay awhile
    And she will be loved
    And she will be loved

    Tap on my window, knock on my door
    I want to make you feel beautiful
    I know I tend to get so insecure
    It doesn't matter anymore

    It's not always rainbows and butterflies
    It's compromise, it moves us along
    My heart is full and my door's always open
    You can come anytime you want

    {au Refrain}

    And she will be loved
    And she will be loved

    I know where you hide
    Alone in your car
    Know all of the things that make you who you are
    I know that goodbye means nothing at all
    Comes back and begs me to catch her every time she falls

    Tap on my window, knock on my door
    I want to make you feel beautiful

    {au Refrain}

    And she will be loved
    And she will be loved

    Please don't try so hard to say goodbye
    Please don't try so hard to say goodbye

    I don't mind spending everyday
    Out on your corner in the pouring rain

    Please don't try so hard to say goodbye

    1 commentaire
  • <script language="javascript"></script><script language="javascript" src="http://export.kelkoo.fr/content/fr/partners/xslt/kklf.js"></script>

    Tu peux naître au bon endroit
    Avec une mère qui t'aime, tun père qui est là
    Une famille entière autour de toi
    Un amour sincère pour guider tes pas
    Tu peux naître orphelin
    Dans un endroit synonyme de rien
    Avec un quignon de pain pour destin
    Et en horreur le genre humain

    {Refrain:}
    Mais ce que tu fais
    C'est ta réalité
    Ce que tu fais
    C'est ta réalité

    Tu peux être soudanais
    Entre la charia et l'armée
    Voir ton avenir enchaîné
    Ce système que tu hais
    Alors tu vis ta vie d'un trait
    Sans savoir qui tu es
    Avec pour seul fait ta misère et ta mosquée
    Tu peux être soudanais
    Entre la charia et l'armée
    Être prêt à prendre des coups de fouet
    Parce que tes dreadlocks ont poussés
    Te boire une rebié t'évader à danser
    En sachant que ce que tu fais pourrait t'emprisonner

    {au Refrain}

    Tu peux vivre un cité pourrie
    Avec ton pitt et tes amis
    Ton hall, ta 86, ton teushi
    Et la police comme seule ennemie
    Tu peux vivre un cité pourrie
    Avec ton week-end comme seul ami
    Ces deux jours sacrés pour une autre vie
    Prendre le temps de bouger trouver tes envies
    Tu peux tabasser tes gosses entre ta femme et ton divorce
    Tu peux trouver la vie si féroce qu'alors tu baignes tu passes en force
    Tu peux ne pas faire d'enfants
    Te dire qu'être père ça prends du temps
    Revoir ta vie d'adolescent
    Et pas refaire ce qu'ont fait tes parents

    {au Refrain}

    Tu peux choisir la musique
    Avoir un père directeur artistique
    Connaître Senti et ses indics
    Qui feront de toi une star académique
    Tu peux choisir la musique
    Pour avancer pour que ça communique
    Prendre en chemin le monde artistique
    Pour lui garder sa fierté mystique

    {au Refrain

    votre commentaire
  • Embrasse moi dessus bord
    Viens mon ange, retracer le ciel
    J'irai crucifier ton corps,
    Pourrais-je depunaiser tes ailes ?
    Embrasser, te mordre en même temps
    Enfoncer mes ongles dans ton dos brulant
    Te supplier de me revenir et tout faire
    ô tout pour te voir partir et viens!
    Emmene moi là bas
    Donne moi la main
    Que je ne la prenne pas
    Ecorche mes ailes
    Envole moi
    Et laisse toi tranquille a la fois
    Mille fois entrelassons nous
    Et lassons nous meme en dessous
    Serre moi encore serre moi
    Jusqu'a etouffer de toi

    Il y a des salauds
    Qui pillent le coeur des femmes
    Et des femmes qui n'savent plus trop
    D'ou l'amour tire son charme
    Papillons de fleurs en fleurs
    D'amour en amour de coeur
    Ce qui n'ont qu'une etoile
    Ou ceux qui brulent leur voiles

    J'aime tes larmes quand tu aime
    Ta sueur le sang, rendons nous amants
    Qui se passionne, qui se saigne
    J'aime quand mon ecorché est vivant
    Je ne donne pas long feu
    A nos tragédies, à nos adieux

    Reviens moi, reviens moi
    Tu partira mieux comme ça
    A force de se tordre,
    On en finirai par se mordre
    A quoi bon se reconstruire,
    Quand on est adepte du pire
    Malgré nous, Malgré nous,
    A quoi bon se sentir plus grand
    Que nos, deux grains de folie dans le vent
    deux ames brulantes deux enfants

    Il y a des salauds
    Qui pillent le coeur des femmes
    Et des femmes qui n'savent plus trop
    D'ou l'amour tire son charme
    des Papillons de fleurs en fleurs
    D'amour en amour de coeur
    Ce qui n'ont qu'une etoile
    Ou ceux qui brulent leur voiles

    Embrasse moi dessus bord
    Viens mon ange, retracer le ciel
    J'irai crucifier ton corps,
    Pourrais-je depunaiser tes ailes ?
    Embrasser, te mordre en même temps
    Enfoncer mes ongles dans ton dos brulant
    Te supplier de me revenir et tout faire
    Pour te voir partir et viens!
    Emmene moi là bas
    Donne moi la main
    Que je ne la prenne pas
    Ecorche mes ailes
    Envole moi
    Et laisse toi tranquille a la fois
    Mille fois entrelassons nous
    Elassons nous meme en dessous

    Serre moi encore serre moi
    Jusqu'a etouffer de toi {x2}

    Serre moi encore serre moi

    votre commentaire
  • C'est pas qu'on s'sente différents
    Ou bien qu'on juge la vie
    Mais qu'est-ce qu'on s'sent loin des gens
    Quand on survole la ville sur son tapis
    Et rire des gueules de déterrés
    Au fond du métro parisien
    Mais nous c'est pas pareil
    On est crevé quand on s'lève le matin

    Au prolo qui s'énerve
    Accroché à sa voiture à crédit
    A chaque feu rouge qui traîne
    Dans les embouteillages de sa vie
    A la fine rayure
    Sur la carrosserie de sa connerie
    Si chère si sacrée et si dure
    Que sa femme à côté se plie

    Sa femme qui fait marcher
    A elle seule tout le télé-achat
    Les feux d'l'amour
    Ou les navets de Foucault
    D'Voici à Gala
    À croire qu'ça les arrange
    De laisser s'agglutiner les cons
    Ça f'ra d'l'abruti pour demain
    D'la chasse d'la pêche des traditions

    C'est pas qu'on s'sente différent
    Quoique des fois un peu si
    On comprend pas bien les gens
    Alors on s'exclut de la partie
    Un sentiment bizarre
    Que le monde est peuplé de crétins
    Mais nous c'est pas pareil
    On dit pas qu'on regarde TF1

    Mais nous c'est pas pareil...

    Alors où est cachée
    La fine crème du genre humain
    Qui vote son Le Pen au mois de mai
    Qui rêve de Heider pour demain
    Qui voudrait faire la peau
    A tous les grilleurs de priorité
    Ou qui paye 100 euros pour voir la Dion
    Ou Hallyday bourré

    A l'idée qu'on se fait
    Du monde et de ses aléas
    On est toujours le con de quelqu'un
    Mais mon voisin le sait pas
    Alors quand il hurle au silence
    Je monte le son rien que pour lui
    Vive les beaufs et vive la France
    J'assume ma connerie même la nuit

    C'est pas qu'on s'sente différents
    Ou bien qu'on juge la vie
    Mais qu'est-ce qu'on s'sent loin des gens
    Dès qu'ils donnent tous ensemble leur avis
    Mais nous c'est pas pareil
    Son avis on le garde pour soi
    Paraît qu'on est tous un peu con
    Dès qu'on est un peu plus de trois

    votre commentaire
  • Moi qui croyais la bataille des Francs dépassée
    Moi qui pensais que l'âge, nous éloignerait du Moyen Age
    Où sa majesté pour quelques Louis d'or
    Rêvait en douce, d'un nouveau château fort
    Tranquille comme un chevalier pendant les croisades
    Qui demanderait une paille au cafetier, pour sa limonade
    Yeeeah !

    Dieu quel idéal, l'air politico animal
    Au nom de son instinct et en lutte pour sa survie
    Attaquer le voisin avant que l'autre ne le fasse aussi
    Comme un shérif en plein dans un cartoon
    Qui se taperait une mousse tranquille au fond du saloon
    Yeeeah !

    Moi qui imaginais Dieu en dehors de tout ça
    Mais quelle furie s'est envoyé, militaire brandissant sa croix
    Toute une armée bénie par le seigneur
    Ca vous libère un peuple opprimé en moins d'un quart d'heure
    Comme un scud, sponsorisé par une église
    Qui enverrait ses prières, pendant que le général vise Yeeeah !

    Moi qui attendais des grandes prouesses technologiques
    Des frappes chirurgicales, des infirmières en balistique
    Ce qu'il doit falloir être tête en l'air
    Pour buter ses propres hélicoptères
    Comme un bidasse qui se prendrait pour Stallone
    Et qui se prendrait en public la tête un peu dans tous les pylônes
    Yeeeah !

    Moi qui attendais avec impatience leur nouveaux scénario
    Le pop-corn de l'année, un mélange Robocop et Rambo
    Avec bien sur un p'tit brin d'exotisme
    Une happy end en plein patriotisme
    Mais il parait que Hollywood s'est fait doublé
    Leur président leur a déjà piqué l'idée
    Comme une blague qui ferait le tour du monde
    On la raconte à ses enfants et on l'emporte dans sa tombe
    Yeeeah !

    votre commentaire